Australes

Grotte : 13 avril 2014

Grotte : 13 avril 2014

Les incroyables grottes de Rurutu : tiré de Tahiti Nui Travel

« L’île de Rurutu, longtemps décrite comme un « long panier », fait partie de l’archipel des Australes et recèle une particularité géologique impressionnante : ses grottes calcaires.

Rurutu en détient une trentaine perchées sur le haut de ses falaises, surplombant l’océan et dont certaines offrent une vue imprenable sur l’immensité de l’horizon.

Nées de l’érosion de la mer et de la pluie, ces cavités calcaires abritent de surprenants stalactites et stalagmites.

Au contact de la lumière, les parois coralliennes et volcaniques de ces grottes scintillent pour votre plus grand plaisir.

Au-delà de leur intérêt géologique, ces monuments naturels renferment pour la plupart des contes et des légendes liés à l’île et ses habitants qui y retrouvent ancêtres et origines.

Une partie de l’âme de Rurutu y est secrètement retenue, et elle est ravivée par les conteurs de cette île troglodyte.

La plus grande et la plus célèbre grotte de Rurutu est celle d’Ana A’eo. Elle offre une très belle forêt de stalagmites ornée d’une ravissante végétation.

Elle est également appelée « la grotte Mitterrand ». Cette cavité tient ce second nom du passage en 1990 du président de la République française de l’époque, François Mitterrand.

D’autres grottes comme celle d’Ana Eva détiennent de fabuleuses histoires. Ainsi, cette dernière fut la première habitée par les hommes.

Quant à la grotte de Hina, elle expliquerait l’origine de l’art du tressage à Rurutu. Hina, une ogresse habitant dans une excavation, enlevait des enfants sans laisser de trace. Un jour, deux d’entre eux réussirent à s’enfuir, et les habitants de l’île purent la capturer. Lors de la visite de sa grotte, ils y découvrirent des nattes tressées en pandanus. Les femmes s’en inspirèrent alors et se mirent à l’art du tressage. Cette histoire explique de façon mystique la réputation de la vannerie à Rurutu.

Mises à part celles citées précédemment, les grottes les plus visitées sont celle de Tupumai avec son plafond orné de coquillages et de coraux, celle d’Otare qui renfermerait des objets sacrés et cachés par le roi à l’arrivée des missionnaires au 19ème siècle, et celle de la pointe Arei appelée grotte Peva. »

grotte, moerai,rurutu,australes,polynésie française

Baptiste : « Fais-moi amoureux »

grotte, moerai,rurutu,australes,polynésie française

« La grotte de Taneuapoto, qui se trouve contre la paroi de la falaise Tutaerao (excréments-de-mouche) à l’extrême sud du village de Moerai, porte le nom du guerrier qui y vivait. Ce nom Tane-ua-poto peut être traduit de deux façons :
– L’homme à la verge courte, un signe distinctif comme un autre puisqu’on vivait nu à l’époque
– L’homme qui s’est abrité dans la grotte à cause d’une averse, alors qu’il passait à hauteur de la grotte.

Taneuapoto, héros de la pêche, vivait dans cette grotte avec son épouse qui venait d’avoir un bébé. Rentrant du faapu (le potager) le soir, affamé, il en oublie épouse et bébé et mange tout ce qu’il a ramené. S’excusant, il part ensuite en courant dans le petit lagon tout proche afin d’aller chercher du poisson et des coquillages pour son épouse.
Quand il rentre à la nuit tombée, sa femme dort mais l’enfant a disparu. Les deux parents, très inquiets, enjambent les falaises de tout côté, fouillent la plage et le récif. Au petit jour, après de vaines recherches, ils remarquent sur une pierre plate un attroupement de mouches et trouvent, après les avoir chassées, le prépuce de leur fils.
Immédiatement Taneuapoto pense aux cannibales qui habitent une grotte voisine, dans la montagne ; il s’y précipite et les trouve en train de festoyer. Reconnaissant les restes du corps de son fils, il tue de sa lance tous les cannibales, et c’est pour cela que cet endroit s’appelle encore aujourd’hui Tutaerao. Une bien triste histoire.

De la grotte de Taneuapoto il ne reste guère qu’une excavation après le dynamitage de la falaise par les légionnaires pour réparer les routes détruites par le cyclone Peni. De gros blocs furent détachés de la montagne et concassés, mais après le cyclone Wasa en 1983, tout fut emporté par la mer, et la plainte écrite adressée au responsable de l’Environnement est demeurée sans réponse. »

Sources : Yves Gentilhomme (Rurutu). Taaria Walker dite Pare : Rurutu, mémoire d’avenir d’une île australe – Haere Po 1999

Tiré de http://www.tahitiheritage.pf/fiche-ana-o-taneuapoto-22318.htm

grotte, moerai,rurutu,australes,polynésie française

Renan Luce : « D’une tonne à un tout petit poids » : « Les secrets chuchotés »

grotte, moerai,rurutu,australes,polynésie française

La nuit fut courte. Couché à 2h30. Levé à 6h. Par habitude, le lever.

Matinée de nettoyage. Cif à fond, même sur les portes du placard. Le ciel est prometteur. Sylvain part à la rencontre de l’éleveur de cochon. Ils ont rendez-vous à 8 heures du matin. Le dimanche est rythmé par les messes de confessions diverses. C’est probablement le jour les plus chargé de l’agenda, entre communions, fêtes votives et cérémonies cultuelles. Sur l’île de Rurutu, il semble que  les plus nombreux sont les protestants. Les sectes qui en dérivent sont aussi très bien représentées.

Cela me concerne :

« Tout ce qu’il y a d’atroce, de nauséabond, de fétide, de vulgaire se trouve résumé en un mot: Dieu. » (Fernando Arrabal / né en 1932 / L’architecte et l’empereur d’Assyrie, 1967)

« Le catholicisme est le tombeau de l’intelligence, de la pensée, du cerveau ; le protestantisme, le tombeau de la conscience, du sentiment, du cœur. » (Louis-Auguste Blanqui / 1805-1881)

« Dites voir, s’ils l’avaient empalé, leur Jésus-Christ, où les porteraient-ils, les stigmates, les élus de Dieu ? » (François Cavanna / 1923-2014 / Lettre ouverte aux culs-bénits)

« On tue un homme : on est un assassin. On en tue des millions : on est un conquérant. On les tue tous : on est un Dieu. » (Jean Rostand / 1894-1977 / Pensées d’un biologiste)

« L’existence des chrétiens prouve la non-existence de Dieu. » (Louis Scutenaire / 1905-1987 / Mes inscriptions, 1943-1944)

Fin de la parenthèse. Anarchiste. Daniel Balavoine.  « Le chanteur »

Alors je serais vieux
Et je pourrai crever
Je me chercherai un dieu
Pour tout me pardonner
Je veux mourir malheureux
Pour ne rien regretter.

grotte, rurutu, australes, polynésie française

Il est bientôt midi. Le belle (Tiene un no se que) Soraya, et son homme, Luc, nous attendent pour un pique nique sur les plages de Peva.

grotte, rurutu, australes, polynésie française

Perroquets. La couleur bleue de ses écailles s’accentue à la cuisson. Fascinant. De quoi désirer un génocide ? Osée, la comparaison. Un poisson pour deux sera suffisant. Sa chair est ferme et délicate, avec une texture proche de celle du rouget, mais avec une saveur plus douce et plus sucrée, un arrière-goût de noisettes.

Pâtes à la sauce pimentée de tomates et porcelets sauvages nous accompagnent dans ce festin.

grotte, rurutu, australes, polynésie française

Jus de citron ou Hinano.

Le vent tournoie. Le ciel noircit. Les bourrasques pleurent. La température ambiante chute. Se caler sous un arbre pour la sieste devient utopique. Soraya nous abandonne pour retrouver sa couche. Nous, les Dalton !

Au fait, petit jeu. Quels sont les noms des 3 ou 4 frères Dalton ?

Le plus grand (7 pieds : 213 cm), jeune et bête des frères Dalton, bien qu’il ait parfois des éclairs de génie. Il est célèbre pour sa phrase : « Quand est-ce qu’on mange ? » déclamée dans des circonstances parfois loufoques.

Le plus âgé, petit (4 pieds et 7 pouces de haut : 143 cm), méchant et (relativement) intelligent.

De taille intermédiaire, (5 pieds et 6 pouces) ou (6 pieds et 4 pouces), il sert généralement de tampon entre les deux premiers cités. Parfois présenté comme un amateur de déguisements ou comme un maniaque des armes.

Pas de personnage féminin, à part Ma Dalton. Dodo, Soraya.

Miossec. «Ici-bas, Ici Même. 2014». « Le plaisir, les poisons »

grotte, rurutu, australes, polynésie française

La grotte de Taneuapoto nous tend les bras. Elle nous fait de l’œil. De ses orbites vides. Cadavre exquis. Taphonomie de collégien. Reliquat panchronique à déguster.

« Et c’est dans une grotte que, dans l’île, le trésor est enfin découvert, déplacé par Ben Gunn à un autre endroit que celui indiqué sur la carte. Le trésor ne peut être que dans une grotte…Il faut des mots de pirates, de convoiteurs par excellence, pour persuader que cette grotte existe, même si à la naissance, comme Jim est parti de l’auberge familiale, elle s’est détruite. Grotte qui se reconstitue par les mots, trésor de mots, trésor que l’écrivain se constitue en écrivant des œuvres qui ont du succès et qui le mettent à l’abri. » Alice Granger Guitard A propos de L’Île au trésor, Robert Louis Stevenson.

« Ali Baba prononce la formule et entre dans la grotte, découvre des trésors accumulés et emporte une partie de l’or. Son frère Cassim, qui est un riche marchand, est surpris par la fortune soudaine d’Ali Baba qui lui raconte son aventure. Cassim va à la caverne, mais troublé par la vue de tant de richesses, ne retrouve plus la formule qui lui permettrait de sortir de la grotte. Les bandits le surprennent dans la grotte, le tuent et découpent son corps en morceaux. »

Voici donc Olivier Levasseur, dit La Buse, Edward Teach, dit Barbe Noire, et Jean David Nau, dit l’Olonnois. Aux pieds de la falaise de Tutaerao. Excréments de mouches. Squelettes à foison. De coraux. Il faut passer par la mer et ses vagues.

grotte, rurutu, australes, polynésie française

Jean-Louis Aubert. Album : « Aubert Chante Houellebecq – Les Parages Du Vide ». Reflets Du Vide (Matière).

Et aussi

A moi la vie de pirates.

Yo ho, yo ho à moi la vie de pirates
On pille, on pille, on dévalise et on pille
Trinquons mes jolies yo ho
On kidnappe et ravage et on ne prévient pas (de notre arrivée)
Trinquons mes jolies yo ho

Yo ho, yo ho à moi la vie de pirates
On extorque, on chaparde, on vole et saccage
Trinquons mes jolies yo ho
On maraude et détourne et même par la force
Trinquons mes jolies yo ho

Yo ho, yo ho à moi la vie de pirates
On allume et carbonise, enflamme et embrase
Trinquons mes jolies yo ho
On brûle la vieille, on est vraiment l’effroi
Trinquons mes jolies yo ho

On est des racailles, des canailles, des vauriens et des vilains
Trinquons mes jolies yo ho
Nous sommes des démons et des moutons noirs, des œufs vraiment pourris
Trinquons mes jolies yo ho

La montée vers la grotte est aisée. La récompense trop belle, trop facile. La baie de Taero écarte les cuisses sous nos regards de conquérants.

De quoi remplir nos prochaines nuits de Peter Pan.

Pour revenir à la page d’accueil du site : Serge

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.