Australes

2 Février 2014: mec

Vendredi 31 janvier 2014 : mec

 

Une période particulière. Départ des filles (Julie, définitif et Martianne en formation). Arrivée des garçons. Que des mecs.

Je crois que c’est la première fois dans l’histoire que le dispensaire tourne avec du personnel uniquement masculin. Mec, mec, mec.

Mec, mec, mec. Oui, mais mec plus ultra.

Départ de Julie : Julie nous a donc quitté un dimanche, le 19 janvier dernier.

Julie est arrivée à Tubuai, en octobre dernier, quelques jours après moi. Je venais de prendre mon premier service au dispensaire. Lundi 7 Octobre : Saint Serge. L’oiseau des îles a atterri dans le couloir du dispensaire le mercredi. Nés en même temps. La même couvée. J’ai vu le petit animal s’ébrouer avec sa mine renfrognée habituelle. Prendre rapidement de l’assurance. J’ai essayé de lui montrer un maximum de « trucs du métier » : sutures, infiltrations intra-articulaires, lecture de radiographie, « pièges à con, les meilleurs ». Transmettre.

dispensaire,médical,tubuai,australes,polynésie française,mec

Elle m’a secondé puis doublé sur les consultations avec un sens de l’observation clinique à faire pâlir quelques vieux maîtres. Sa rigueur d’analyse ne pouvait qu’améliorer et rendre plus pointues ses déductions. « La solution du problème est souvent dans l’énoncé. » C’est probablement là que réside le plaisir d’exercer cet art particulier. J’ai donc eu le bonheur d’apprivoiser, d’orienter puis de cotoyer une âme sœur. Et donc très mal à la voir partir. Ce qui pourtant était écrit dès le début de cette histoire. Mais la liberté de mouvement fait partie du personnage. Comme un oiseau migrateur. Elle est partie apprendre ailleurs, sous d’autres horizons. Rikitea, Marquises

J’ai été très mauvais sur mon discours du vendredi, dernier jour de son travail au dispensaire. Tout le monde attend de se mettre à table. Et surtout les polynésiens qui ont un rapport extatique avec la nourriture. Il a fallu que j’aille provoquer notre patron pour obtenir un premier laïus, post-prandial. Ce n’est pas ma tasse de thé, ces remerciements de chef de service. J’aime pas les « eaux de boudin ».

dispensaire,médical,tubuai,australes,polynésie française,mec

J’ai été particulièrement absent lors de sa fête de départ. Je lui ai laissé les clés de mon logement de fonction. Le seul suffisamment grand pour accueillir une dernière fois sa foule de copains. Julie avait bien fait les choses. Je suis allé dormir au dispensaire. Duvet dans mon bureau. J’aime pas les veillées d’arme.

Ce dimanche douloureux, une Evasan (évacuation sanitaire) m’a servi d’alibi. Même avion. Je suis allé chercher la patiente à domicile. Seul. Repassé prendre Martianne pour filer à l’aéroport. Fauteuil roulant pour Eugénie. Lunettes noires pour moi. Je suis resté accroupi devant Eugénie roulant son « Bison ». Puis avancé sur le tarmac pour un adieu. Sirènes de pompiers et d’ambulance au décollage. J’aime pas les quais de gare.

dispensaire,médical,tubuai,australes,polynésie française,mec

Difficile de redémarrer le lundi. Mais…Les mecs prennent le pouvoir. Putsch dans le royaume auto-constitué des ovaires. Coup d’état de mec.

Arrivée de Gilles, ce même lundi. En début d’après-midi.

dispensaire,médical,tubuai,australes,polynésie française,mec

Olivier raccompagne ses parents. Sa mère, médecin comme moi, au dispensaire de Maupiti. Ne prendrait pas ma place malgré la bande de « grands fous » qui m’entourent. Aller réduire une luxation de mâchoire entre deux bières ! Martianne en a profité pour apprendre la fameuse manœuvre de Nelaton. On fait de plus en plus d’actes techniques. La confiance s’installe. Pas d’angoisse. Ce matin, réduction d’une luxation de pouce à la volée, sur la table de radiographie.

Alors, l’arrivée de Gilles ! 25 ans de bons et loyaux services sur la plupart des îles. Dont Rapa, où je l’ai croisé. Quelques perfusions et soirées communes. De quoi assoir la sérénité du groupe. Olivier, le petit dernier, est bien entouré. Mais que des mecs ! Pas une nana. Noël, Gilles, Olivier et Serge. Géraldine peut se planquer dans son bureau de sage-femme. Je note aussi une tahitinisation des consultations. Grands fou-rires, parfois bien gras, à la grande joie de nos patients. Une bonne bande de copains. Qui bossent à fond. Gilles a ainsi acheté deux douzaines d’œufs et les a laissé dans son bureau. Nous avons donc fêté Pâques avant l’heure. Dans l’appareil générateur d’aérosol, dans les kits de pansements, dans les boites de compresses, dans les casiers de stylo. Des blagues de mecs. Entre mecs.

Epidémie de zika 2 : main et pieds de Mickey

Il y a dix jours, éclosion spontanée d’une épidémie. Cinq européens : trois profs du collège, la fille de l’un d’entre eux et Olivier, notre infirmier. Eruption scarlatiniforme, faite de boutons séparés d’intervalle de peau saine. Parfois avec démangeaison.

dispensaire,médical,tubuai,australes,polynésie française,mec

Cinq cas dans la journée. De quoi en référer au service d’épidémiologie, la « veille sanitaire ». La consigne est donnée. Bilan sanguin pour tout le monde. Nous sommes peut-être en présence d’une récidive de Zika. Or, seuls les premiers cas de l’épidémie de novembre et décembre dernier ont été contrôlés par sérologie. La recherche d’anticorps a ensuite été abandonnée devant l’ampleur du phénomène. Ainsi Olivier a été bilanté fin novembre. Moi fin décembre, au retour de Rapa Iti. Après la première mondiale sur le choc cardiotoxique par piqure de poisson-pierre, nous serions en première ligne pour servir de test national. Une récidive de Zika n’a jamais jusqu’alors été confirmée de façon certaine par la biologie. En tous les cas, je peux vous confirmer, sans attendre la sérologie, qu’il s’agissait bien d’un Zika. Asthénie, démangeaisons, frissons sans fièvre, troubles digestifs, éruption, beaucoup plus sévère et franche que la première fois. Une nuit à greloter, enroulé dans une couverture. Et surtout des douleurs articulaires aux poignets, mains, genoux et pieds. Puis gonflement des articulations. Mains et pieds de Mickey. Impossible de serrer une main, d’enfiler des sandales. Médecin aux pieds nus.

dispensaire,médical,tubuai,australes,polynésie française,mec

On a fait la une de « La dépêche de Tahiti » par deux fois, grâce au poisson-pierre. Claire, la rédactrice en chef, guette nos premières médicales. Peut-être encore, pour cette fois.

4 cas de pneumopathie fébrile dans une fratrie : ça hurle, ça pleure, ça chouine. 4 enfants. De 4 mois à 8 ans. Deux parents dépassés. Conditions sociales déplorables. Suivi Cotorep de la mère pour troubles psychiatriques profonds. Neuroleptiques retard en intra-musculaire mensuelle. Fièvre à 39.5-40° pour les 4 mômes, malgré du paracétamol. Complètement encombrés au niveau pulmonaire. Composante spastique avec sifflements bronchiques de type irritatif ou allergique. Mais versant inflammatoire, infectieux avec ronflements (ronchi) dans les deux champs pulmonaires. Seul point commun : une cabane en tôle dans laquelle ils vivent à même le sol. Origine X ?

dispensaire,médical,tubuai,australes,polynésie française,mec

Une petite tournée d’aérosol plus loin, nous nous retrouvons, l’équipe complète, dans mon bureau. Qui a une idée de la cause ?

Nous passons de Dr Maboule à Dr House.

Intoxication par les tortillons d’alléthrine ? Possible. La mère en a disposé 4 le soir avant le coucher au tour de la couche commune, dans une pièce non aérée. Mais la fièvre ?

Epidémie intra-familiale de bronchite virale ? Mais la composante spastique signe une irritation. Pas de terrain allergique connu, individuel ou familial. Et l’apparition simultanée des 4 serait exceptionnelle.

On en appelle au régulateur du centre 15. Nous sommes de plus en plus connus. Grâce au poisson-pierre, aux récidives de Zika.

Grâce aussi à nos « Bijur » ou « as-salām ʻaláykum ». Nous avons même parfois le retour : « aalaykoum salâm»

Pas plus d’explication. Chacun émet son hypothèse, fouille dans les livres que j’ai mis à disposition, interroge Google.

On demande l’intervention des services sociaux. J’envoie Noël, l’agent de santé, au domicile familial. Il est chargé d’observer et de rapporter tout élément suspect. Je préfère que ce soit un autochtone. Eviter de heurter les mentalités. Mieux que Dr House, génial !! On se rapproche de l’apprenti sorcier. A la limite de la brûlure. Mais le chaudron est si beau.

Le film tourné en salle d’urgence à l’arrivée des enfants: de 4 mois à 3 ans. 39,5° de fièvre malgré paracétamol

En définitif, nous allons garder la famille pendant plus de 24 h. Cette journée, nous aurons donc 7 hospitalisés pour 4 lits. J’en profite pour faire passer la patronne des services administratifs. Revoir un peu les conditions d’hygiène, l’accueil des accompagnants, dont la présence est obligatoire car nous n’avons pas de permanence nocturne sur place. On va obtenir des étagères dans les chambres, la multiplication des prises électriques, pour les appareils de surveillance, les tablettes ou PC des patients, une bouteille de gaz dans une cuisine aménagée pour les repas familiaux des patients. Les travaux ont été réalisés dans la journée. C’est beau, la une des journaux…

Nous reverrons les quatre gamins pendant quelques jours. Aérosols en série jusqu’à un certain jour…où nous n’avons plus eu de nouvelles.

Dans les anecdotes :

Fracture en bois vert du cubitus à l‘âge de 8 mois. Olivier réalise sa première immobilisation à base d’une attelle en aluminium. Photo.

dispensaire,médical,tubuai,australes,polynésie française,mec

Préparation de la mission cardio : Environ 60 personnes à montrer en deux jours de présence au cardiologue de Papeete. Bilans sanguins et électrocardiogrammes à la chaîne. Tout doit être prêt.

Passage du Haut Commissaire de la République : J’ai vu pour la première fois Hadrien en uniforme.  J’ai rencontré une « sœur » née à Oran. Soirée « pied-noir » en perspective car nous sommes déjà trois.

dispensaire,médical,tubuai,australes,polynésie française,mec

Mise en route programme de FMC (Formation Médicale Continue) : On va commencer par

  • Consultation de base en gynécologie
  • Consultation de base en obstétrique
  • Conduite à tenir devant une menace d’accouchement prématuré
  • Conduite à tenir devant un accouchement inopiné

Les infirmières libérales sont invitées. Je vous ferai remarquer, mesdames, que le programme a été mis en place sous l’ère des mecs. Sous le contrôle savant de G, notre sage-femme vénérée, dont la profession nous semble bien utile pour le renouvellement des mecs. Je pense qu’elle a apprécié notre fréquentation cette semaine. Mais elle n’en dira rien. Présidente du FLP (Front de Libération de la Poupoune) oblige.

Probables missions à Moorea et Rikitea : Pour me remercier et me mettre un peu en repos, la subdivisionnaire a trouvé une solution originale. Faire appel à un médecin itinérant qui prendrait ma place pour une période consacrée à ma formation en informatique. Une première étape à Moorea, archipel des Iles du Vent puis une formation complémentaire à Rikitea, archipel des Tuamotu-Gambier. Chargé officiellement de l’informatisation des données médicales de l’ensemble des îles dont je suis le médecin-chef. En fait, cela fait quelques semaines que j’y travaille. Je converse régulièrement avec le chef de projet. La mission proposée va me permettre de faire du tourisme.

On est des mecs. Mec, mec, mec.

Pour revenir à la page d’accueil du site, cliquez sur : Serge

5 reflexions sur “2 Février 2014: mec

  1. marie-blanche

    Cela s’appelle de la mélancolie ? Me trompe-je ? Cette petite Julie j’avais bien vu qu’elle était sympa, efficace, compétente. Mais au fait c’est pas loin là où elle va ? Vu d’ici, à la faveur d’une mutation.
    Alors belle équipe de mecs, au demeurant semblant eux aussi sympas. Quelle vie ! Dans pas trop longtemps tu vas être encore à la « une » de la dépêche.
    Rigole pas mais alors ce matin j’ai pensé à toi, tu devineras pas où …. aux urgences de Valréas, t’as pas oublié ? De plus dans le genre de ton épidémie polynésienne, des boutons, des rougeurs, qui gratouillent, qui chatouillent, en me réveillant ce matin, les yeux pratiquement refermés par l’enflure, j’ai cru voir dans la glace un hamster. Anecdote car ça y est avec cortisone et polaramine ordonné par ton collègue urgentiste (un arménien ! encore une coïncidence, j’ai connu un urgentiste pied-noir …).
    C’est chouette (pas les boutons) de te savoir au coeur de cette nouvelle vie, merci de nous la faire partager et régale toi). Bisous d’une mémé

    1. Serge Billard-Baltyde Auteur de l'article

      Une mémé comme toi, c’est rare… Des Marquises à Tubuaï équivaut à la distance Norvège- Grèce environ. Mais cela donne un gout supplémentaire. Ici, cure de jouvence garantie. Je vous ouvre la maison aussi longtemps que vous le désirez et avec bcp de plaisir. Biz encore

  2. ghyslaine BILLARD-BALTYDE

    Coucou Jean-luc contente de te lire. Quand tu vois Michel demande lui mon tel je suis toujours vers LES MAGES on csse une croute on boit un café.
    Ghyslaine BILLARD-BALTYDE.

  3. vignal pascal et sylvie

    coucou serge ( docteur ) nous esperons que vous allez bien a vous lire cela a bien l’air d’aller ; ici ça vas toute la famille se porte bien , la nouvelle doctoresse est trés bien , nous vous souhaitons une bonne année 2014 lol il est jamais trop tard pour souhaiter des bonnes choses bisous de nous tous pascal et sylvie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *