Australes

Pion: 28 Mai 2014

Pion le 28 mai 2014

 

Pion, pion, pion. Tous des pions sur cet échiquier. Sans grand maître

pion, médecin, rurutu

Je vais donc réintégrer le logement de fonction car je reprends le travail ce vendredi 30 mai au soir pour assurer la garde du week-end, en particulier. En effet la direction de la santé n’a trouvé aucun remplaçant pour mes jours de récupération. François, qui est arrivé mercredi dernier, repart car il vient de démissionner. Démission car impression d’être une marionnette. Il a fait sa thèse, soutenue à Toulouse, sur la télémédecine. Chantier expérimental idéal en Polynésie. Donc François a été recruté au sein de la Direction de la Santé comme chargé de mission afin de mettre en place son projet de télémédecine. Une place aurait pu être créée au niveau de la subdivision des TG (Tuamutu-Gambier). Pas de budget. Donc, faute de grive, il se retrouve dans la cellule des itinérants. 28 ans, sportif, aventurier (un tour du monde déjà effectué). Le profil idéal. La relève assurée pour tous les vieux de mon espèce. On lui propose de voir du pays et de rentrer très régulièrement sur Papeete, où il a femme et amis. Le voilà parti sur Rangiroa pour une première mission. Retour. Une journée de repos. Aucune récupération. Une petite mission sur Rurutu et ce sera les vacances, Mission courte, il s’entend. 15 jours à trois semaines, L’ordre de mission arrive. 2 mois à Rurutu! Donc démission.

Pion, pion, pion. Même pas d’un jeu de dames.

pion Arret cardiaque evasan 5

J’appelle Wanda, la patronne de la cellule des itinérants. Je tente de monnayer mon statut sur une reprise anticipée. En effet, je suis en vacances sur Moerai pour un mois. Je veux bien reprendre le travail sous conditions. Je ne me sens pas à l’aise devant le regard des gens de l’île, Pas de médecin au centre médical. Le seul qui traîne sur Rurutu est en vacances! Cela va être difficile à vivre jusqu’au 15 juin. Comment faire ses courses tranquillement alors qu’une urgence est à l’hôpital?

Pion, pion, pion. Dans un puzzle administratif.

pion. Auti eglise

En parlant de date, je découvre à cette occasion, que je suis en récupération jusqu’au 18 juin. Les calculs sont pourtant clairs. J’épuise mes jours de récupération le 15 juin. Mais l’ordre de mission de François stipule un retour sur Papeete le mercredi 18 juin. Donc soit on tourne à deux, et il est exact que deux postes de médecin existent sur Rurutu, soit je me fais taxer de trois jours de congé. Vive la gestion du personnel!

J’expose les faits à ma future chef. Cellule itinérante, direction de la Santé. Wanda me confirme qu’ils n’ont trouvé personne pour assurer l’intérim médical. Le centre médical va tourner pendant quinze jours sans médecin. Je lui propose d’avancer mon recrutement en tant que médecin itinérant. Je le serai de toute façon officiellement le 13 juin et ma première mission est de un mois sur Rurutu. Tout le monde est gagnant. La direction se retrouve soulagée, n’a pas besoin de gratter les fonds de tiroir, économise deux billets d’avion aller-retour (Papeete-Rurutu-Papeete pour le remplaçant et Rurutu-Papeete-Rurutu pour moi). Pour ma part, j’accède à un statut plus lucratif. Les primes de logement et de repas viennent s’ajouter à mes indemnités d’isolement et d’astreintes. Je demande en prime que les jours de récupération ne soient pas oubliés. J’en ai consommé 12 sur les 21 au total.

Ma proposition semble intéresser Wanda. Elle va en discuter avec Patricia, la subdivisionnaire des Australes, dont je fais toujours partie.

Le lendemain. Ce ne sont pas des lendemains qui chantent. Pas de promesse. Je réintègre pour les besoins du service des Australes. Le logement de fonction sera disponible dans les temps. Fi de ma petite maison de location. Le contrat d’itinérant ne sera signé qu’au terme de mon contrat avec la subdivision des Australes c’est à dire le 13 juin. Pas de prime de logement ni de prime de repas. Le bouquet final est que je dois impérativement remonter sur Papeete pour signer l’avenant de mon contrat. La direction va donc m’offrir un aller-retour en échange d’une signature. Le prix de revient dépasse le coût de la location mensuelle de la maison que j’occupe actuellement. A notre époque, où il existe internet ou à défaut le fax. Je bénéficie par contre du report de mes jours de récupération.

A moi de me débrouiller pour monnayer avec le propriétaire de la maison et l’infirmier qui m’a confié sa voiture pour ce mois. Quoique l’on pense, je serai plus à l’aise dans mon rôle de médecin qu’en tant que touriste devant un hôpital déserté. J’aurai du quitter l’île par le premier avion pour passer des vacances tranquilles.

Je réintègre donc le logement de fonction. Par contre, je passe du côté montagne. Celui-là est entièrement refait. Peinture, escalier, évier et meubles de cuisine, cuisinière, machine à laver et réfrigérateur neufs. Internet de nouveau accessible. C’est vous dire si ma vie va changer… Bof.

Pion, pion, pion. Pomme,pomme,pomme.

Pour relire les articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *