Australes

29 et 30 Novembre 2013: Primperan

Primperan: Vendredi 29 novembre 2013 et Samedi 30 novembre 2013

 

Primperan

Van Morrison : Avalon Sunset

Primperan

Vangelis : 1492, Conquest of Paradise

Primperan

Ayo :  Down on my knees

Primperan

IZ Israël Kamakaiwo`ole : Aloha ka manini

Primperan

Santana : Supernatura

Primperan

Australes,Raivavae,Rapa,Tubuai

 

De quoi occuper ce vendredi 29 novembre 2013.

La nuit s’est bien passée malgré une mise en route plutôt épique. Je suis resté dans le logement de Didier toute la journée, face à cette grande carcasse métallique censée me transporter sur Rapa.

Le Tuhaa Pae IV s’est amarré sur le mini embarcadère vers 11 heures du matin. Les va-et-vient des containers ont commencé aussitôt : fûts d’essence, sacs de sable, de ciment, poutrelles métalliques, charpentes de bois.  J’ai arrêté plusieurs fois les téléchargements de vidéos pour aller espionner la fourmilière. Des files de patientes voitures, des transpalettes besogneux, des grues derviches,  des containers hannetons. On me confirme que le départ se fera dans l’après-midi, probablement vers 17h.

Australes,Raivavae,Rapa,Tubuai

De quoi retourner sur internet. Admirer la gestuelle de Jacques Brel, le slam de Grand Corps Malade, le roucoulement de Ayo. Un « riz, thon, concombre » plus loin, je repars sur le quai. Par le raccourci du chantier interdit au public. On construit une marina devant le dispensaire, à grands coups de cubes de béton. Au grand plaisir de centaines de poissons, pour nous exotiques, d’aquarium. Il me semble reconnaitre des clowns. Mais qui n’en a pas croisé dans sa vie ?

Je me présente au comptoir. Je ne suis pas inscrit sur la liste des passagers.

Je retourne chercher mon ordre de mission.  La réquisition n° AR230RE102 est signée par la directrice par intérim Mme Yolande Mou, conformément aux instructions de l’ordre de déplacement n° AR230OD120 en date du 13 Novembre 2013. Je propose au guichetier de téléphoner pour savoir s’il me serait possible de rester ce mois sur Raivavae que je n’ai pas eu le temps de visiter vraiment. Mon passage sur Rapa pourrait être reculé d’autant.

Quelques minutes plus tard, il me confirme le départ vers 16h30. En passager supplémentaire. Il manque toujours un sous pour faire un franc. Un franc pacifique, ne devenons pas violent.

Didier a fini sa journée. Il faut aller chercher une bouteille de gaz et des litres d’eau potable « Vaimato ». Il a torché la réserve de gaz en un mois, s’en étonne et se promet de personnaliser sa nouvelle recharge. Il est complètement intégré dans la population locale. ça ouvre les portes, un sourire de sétois.

Australes,Raivavae,Rapa,Tubuai

Enfin à bord. Blanquette de veau, Primperan et Lexomil. Super-repas . Découverte et échange avec la mission « agriculture ». On refroidit  sur le pont en attendant le départ qui se fera bien après le coucher du soleil.

Prince of Persia : « Les sables du temps »

Réveil à 5 heures ce matin. Visiblement ça a bougé cette nuit. Trop tôt. Je me recouche.

Douche. Appuyé sur le mur. Le flacon de shampooing fait des loopings. Taitaa : J’ai de l’eau jusqu‘au menton ou plutôt de la bile sur les lèvres.

Alternance lit-ordi.

Lédenon, le vieux village et ses ruelles pare-soleil. Je découvre Alix, donc de Lédenon, plus connue par « Les Jardins d’Alix », ferme bio des environs de Nîmes, qui a tout plaqué pour venir en PF. Elle me parle avec délectation de sa maison de village que son père, tailleur de pierre, remet en état. Elle est en mission sur Rapa pour 15 jours. Alix doit donner quelques cours de cuisine. En particulier sur la transformation des fruits. Les tahitiens ne connaissent ni les tartes, ni les confitures. A partir de recettes simples, Alix leur donne le goût de créer de nouveaux plats, de nouvelles façons de consommer et surtout de partager leurs expériences culinaires. Visiblement, le polynésien est friand de ce genre de concept. Normal quand on sait leur impulsion maladive pour la bouffe.

Primperan.

Triumph TR7 entièrement restaurée dans son garage québécois. C’est Pierre, responsable de l’agence Bureau Veritas de Tahiti. Il croise de bateau en avion, de taxi en hélicoptère. Il est là pour vérifier les normes des appareils de mesures. Il vient ainsi à Rapa pour 2 heures de travail.  Raivavae-Tubuai = 2 jours de bateau, 2 heures de travail, 2 jours de bateau Rapa-Tubuai, 1 jour d’attente de l’avion pour Papeete. Donc 5 jours de trajet pour deux heures de travail. Même en région parisienne, le travailleur n’y arrive pas…Cependant, le temps et les conditions de travail sont bien meilleurs ici.

Pierre a quitté la France il y a plusieurs années pour aller travailler en Guyane. De là, il a acheté une maison au Canada, où il réside quand il ne bosse pas sur la Polynésie. Ma génération. Bercée par Deep Purple, les Monthy Pithon et Degriff Tour.

Primperan.

Madame la Marquise Charlotte Picot d’Aligny d’Assignies de Moras nous fait l’honneur de partager notre tablée. Professeur d’art plastique à la retraite, elle rejoint son fils sur Rapa. Cette famille illustre s’est installée sur l’île il y a environ un siècle. L’ancêtre a épousé une fille de Rapa. Seul moyen de faire souche et d’obtenir le droit de construire. Il faut savoir, en effet, que l’île de Rapa bénéficie d’un régime très particulier. Il n’y a pas de cadastre. La terre appartient à la tribu de Rapa, régentée par un conseil des sages qui a tout pouvoir. Les lois polynésiennes et françaises passent au second plan. Le seul moyen d’obtenir un terrain et de pouvoir construire une maison est donc d’épouser un membre de la communauté puis de faire la demande auprès du conseil. Le côté pratique de cette coutume est que cela permet de limiter la consanguinité, très latente, de ces 800 habitants.

Vous pouvez trouver tout la généalogie de Charlotte sur Geneanet. Pour ceux que ça intéresse.

C’est un peu comme les Bambridge. Voir Thomas BAMBRIDGE 1801-1879 &1833 Marae O’CONNOR 1817-1881.

Bref, alliance de roturier, du meilleur cru, le Gard, de cousin et de sang bleu. Autour de nos PC. Avec nos disques durs externes. Polynésiens émerveillés. Echanges de films, BD (Asterix complet), musiques world ou marquisienne, cartes détaillées de toutes les îles polynésiennes (j’en connais quelques unes qui vont bader). On avait l’impression de débarquer d’une autre planète avec nos engins informatiques devant les yeux émerveillés d’une tribu. D’ailleurs fort sympathique. Alix leur a installé par sa clé USB un film de guerre américain sur le grand écran du restaurant. Scotchés. Et nous moins surveillés.

La Nuit Infernale. Pas à cause d’Alix ou de Charlotte. Je vous rassure aussi. Pierre est resté dans sa chambre. Tous couchés.

Primperan

Des creux de 3 mètres. Impossible de regarder « La Vie de Brian ». Même dans le lit, on tape sur le mur.

Primperan et Lexomil : 8 heures d’affilée. Sans vomir !

4h15 ce matin. Le jour se lève. J’allais l’engueuler quand l’île de Rapa m’est apparue par le hublot poisseux.  Je lui ai pardonné en sautant dans mon pantalon. En sautant est un bien grand mot.

« Tu seras un homme, mon fils, le jour où tu sauteras dans ton slip »

Là, ça sent plus la maison de retraite. Pas encore l’urine, mais la raideur (du dos). C’est assis que j’enfile,  avec une raideur toute matinale donc, ce qui repose à côté de moi depuis hier soir. Mon pantalon.

Direction le pont. Pour les premières photos et le premier coup de froid.

Rapa, Archipel des Australes, Polynésie Française: photo 7

L’entrée dans la baie est magique. Le soleil nous accompagne. Allez, je vais vous faire rêver : On entre dans la baie de Haurei, entre le Motu Rapa Itii et la pointe Tekogotemuu. Le Tuhaa Pae IV vient s’amarrer sur le quai de Ahurei, village qui fait face à celui de Area. Ce sont les deux seuls endroits habités de cette île.

Rapa, Archipel des Australes, Polynésie Française: photo 11

Primperan terminé.

L’île possède des bœufs sauvages que je me promets de rencontrer. Par contre, j’éviterai avec joie et sérénité le grand requin blanc (nom scientifique Carcharodon carcharias). C’est le plus grand poisson prédateur qui vive dans les océans sur Terre. Il est le seul représentant actuel du genre Carcharodon, auquel appartenait aussi le gigantesque Carcharodon megalodon. Le grand requin blanc mesure en moyenne de 4 à 6 mètres pour environ deux tonnes. Le plus grand spécimen jamais pêché, reconnu officiellement par les spécialistes des requins, mesurait 6,40 mètres (mesuré selon une méthode scientifique c’est-à-dire à plat sur le sol et non suspendu à un filin) et pesait 3 220 kg. Il a été pêché à Cuba.

Malheureusement on en trouve assez facilement dans la baie de Haurei. Absence de barrière de corail. Climat assez tempéré. Eaux peu profondes.

Il se peut que les pêcheurs parlent du requin tigre. En tout les cas, ce requin a la furieuse habitude d’approcher la rive pour avaler les déchets de la pêche. Je vais me contenter de la douche. Si j’arrive à comprendre comment marche le chauffe-eau.

Je découvre Gilles, infirmier itinérant.

Rapa, Archipel des Australes, Polynésie Française: Gilles, infirmier itinérant

Je vois partir Herman, autre infirmier, en poste sur Rapa depuis trois ans. Des montagnes de colliers de coquillage recouvrent le couple et leurs deux enfants.

Rapa, Archipel des Australes, Polynésie Française: Herman infirmier sur le départ

Je me retrouve seul. Il pleut. Mir vaisselle, pâtes, riz et saucisses aux lentilles.

Je découvre dans mon frigo : salade de poisson cru, poisson grillés, gâteau, Samos et surtout pèches et brugnons. Le mont Pukumaru m’appelle de ses 605 mètres. Je tourne. Je vire, Je monte. Je descends, A droite. A gauche. C’est pas là. Donc plus loin. Forêt de résineux. Opaque. Horizon bouché. Vent violent. Bourrasque. Crachin. Vive la vie. Et les rando. Fraises des bois. Je me gave. Pas trouvé la suite du chemin. Un peu griffé. Mouillé, trempé. Heureux. Je croise un ilien au retour. T’as raison, Bibi, y avait pas de chemin!

Maintenant, il faut allumer le chauffe-eau. Plus qu’une aventure. Je crains le gaz. Et pourtant, je n’ai pas le Shoah.

La nausée: Primperan, Primperan, Primperan, Primperan, Primperan, Primperan, Primperan, Primperan.

Pour revenir à la page d’accueil du site, cliquez sur : Serge