Australes

23 février 2014: Vacances

23 février 2014 : Vacances

Vacances.

Vacances ?

Vacances un peu forcées…

En fait pas de vacances mais missions de formation à Moorea puis Papeete.

Pas de vacances car récupérations à prendre sur le total des jours de 2013. Qui ne seront pas payées de toutes manières. Donc perdues.

Donc vacances. Forcées puisque l’on ne m’a pas laissé le choix. Les besoins du service…

Vacances, Tubuai, Australes, Polynésie Française

Depuis le 18 février, je stationne donc à la maison. En attente de mes vacances, pardon de mes formations sur Tahiti.

1ère semaine : du 24 au 28 février. Mis à niveau de mes compétences professionnelles. Je suis d’accord puisque c’est moi qui l’ai demandé. Petites révisions nécessaires dans ce monde sans foi, impitoyable. Je suis le premier à le dire. Il faut être à niveau. On joue sur la santé des gens qui nous font confiance. Le droit à l’erreur peut exister. Il est humain. Mais surtout doit être limité. C’est d’ailleurs le point de départ de mes vacances forcées. Donc programme. De mes studieuses vacances :

  • Lundi 24 8h CESU CHPF Taaone: simulation mannequin ventilation intubation
  • Mardi 25 Moorea pathologies spécifiques Polynésie
  • Mercredi 26 8h30 USIC CHPF: urgences cardiologiques
  • Jeudi 27 7h30 à 15h Moorea: médecine scolaire
  • Vendredi 28 7h30 Moorea: protection infantile consultation spécialisée du Dr THEROND pédiatre.

Je mets vite sur papier ce dernier programme qui vient de m’être fourni le 21 au matin. La formation sur Moorea commence sur Papeete. Je ne serai pas logé sur cette île et doit donc me débrouiller sur Tahiti. Heureusement qu’il y a Alix et sa gentillesse.

2ème semaine : du 3 au 7 mars

Je dois contacter la cellule des Tuamotu-Gambier sur Papeete pour parfaire mes compétences informatiques. C’est pour ensuite prendre en charge la nouvelle informatisation des données médicales au niveau de l’archipel des Australes et assumer la télémédecine qui existe sur l’île de Raivavae. Le médecin responsable de ma mise à niveau est en vacances. En France.

On me conseille de venir me présenter le lundi 3 au matin à la direction de la santé puis à la cellule des Tuamotu. Vacances forcées.

3ème semaine : du 10 au 14 mars

Mon ordre de mission stipule que le vol de retour est réservé pour le 7 mars au soir. Je reviens donc sur Tubuai pour rester une semaine entre mes quatre murs. Mais lors de ma dernière convocation, il m’a été conseillé de stationner le plus longtemps possible sur Papeete, ou du moins, loin de Tubuai. Vacances forcées. Rikitea était possible sur cette période mais le seul vol disponible affiche complet. Une autre fois pour l’archipel des Gambier. Peut-être lors de vraies vacances !

Merci Alix qui me concocte une série de randonnées pendant cette semaine. Je vais en profiter pour passer le permis côtier bateau. 100% de réussite pour deux jours de travail. Des vacances, quoi !

Là où je l’ai un peu amer c’est que j’ai vraiment l’impression d’être un pion que l’on ballade. Pion gênant, très gênant en ce moment. Mais ce pion va en plus perdre ses indemnités d’isolement (63680 francs) et sa prime d’astreinte (87560 francs). Soit 1260 €. Vacances qui reviennent cher. Surtout non voulues.

Situation délicate dans la tête aussi. J’ai signé un contrat pour travailler dans un dispensaire et pas pour servir de verrou ou de soupape.

Un jour, j’aimerai être maître de mes propres congés.

Vacances, Tubuai, Australes, Polynésie Française

Dans l’ordre chronologique :

Garde de week-end :

  • 2 décès à domicile. Pompiers, ambulance. Peu de matos. Pas l’habitude. Donc pas les réflexes. Donc pas le matos. On revoit nos sacs d’urgence.
  • Un certificat à 7 heures le dimanche matin pour constater la présence de piqûres de moustique sur les avant-bras d’une enfant. Un scoop. Une avant première. Une belle connerie. Vivement les vacances. Forcées.

A la recherche de la grotte perdue.

Tubuai comporte deux volcans principaux. Le plus ancien et le plus grand, le Herani (10 a 9,5 Ma), est compose de coulées de basaltes alcalins recouvertes par des coulées de basanites, et recoupées par des dykes basanitiques ainsi que par une protrusion phonolitique plus récente (Mont Taitaa). A l’est de l’île, le volcan du Hanareho, plus récent (9,5-8,8 Ma), affecte par un effondrement caldeirique, est compose de laves peu courantes : néphélinites très sous-saturées en silice, téphrites et phonolites.

Pour ce volcan de Hanareho, la chaîne de sommets du nord au sud s’appelle : Pahatu, Tanataetea, Tonarutu et Mareura. La dent de Pahatu, un magnifique doigt de lave de 102 m de haut, semblant pointé vers le ciel en bordure du grand marécage jouxtant l’aéroport. Immense et hautain menhir naturel, né d’une mystérieuse contraction magmatique. Deux chemins de terre, l’un coupant à travers la mer de roseaux, l’autre la longeant, conduisent au pied du piton. Une rampe herbeuse amène le visiteur à une source, à une trentaine de mètres au-dessus du niveau de la mer. Ensuite, il suffit de traverser un petit bosquet, de cheminer un bref instant au soleil dans des herbes cuites et recuites pour atteindre la paroi rocheuse. Première surprise, par rapport aux laves de Tahiti qui se délitent en permanence sous le pied ou la main, la matière dont est fait le Pahatu est d’une remarquable texture, offrant mille et une prises à celui qui veut s’y attaquer. 70 m de verticale, ce n’est pas grand-chose, d’autant qu’une voie d’accès, permet d’accéder au sommet de l’observatoire.

Vacances, Tubuai, Australes, Polynésie Française

Avec Kevin, nous avons essayé de percer le mystère de la dent de Pahatu. En effet, la canine de basalte aurait… une carie, grotte naturelle creusée à sa base. L’aménagement trop rapide et brutal du chemin d’accès au réservoir d’eau en a masqué l’entrée il y a quelques années, et les Tubuai ont oublié, de nos jours, où se situait cet ancien refuge, probablement lieu de quelques cultes. Certains se souviennent pourtant avoir exploré cette cavité dans leur jeune temps. Il reste à fouiner pour retrouver l’antre perdue, l’art pariétal en moins…

Nous sommes arrivés par un chemin qui traverse le marais Matavahi. Avons fouillé un peu au hasard des faapu puis enfin découvert le chemin d’accès. Que nenni. Le secret reste bien gardé. Nous n’avons rien trouvé malgré tous nos efforts. Pas de grotte. Pas d’Indiana Jones. Pas de cannibale. Si ce n’est leurs tomates.

Chasse sous marine : Avec Nico et Kevin. Pluie, houle. 3 heures et demi dans l’eau. Dans l’aquarium. Avec les petits poissons curieux. Les poissons-coffre qui te côtoient. Les perroquets, les chirurgiens, les murènes, les mérous. Puis un requin.110 à 120 cm. Ça calme. Grosse vague. Claque en levant la tête. Otite douloureuse dans la nuit. Tympan qui se perfore le lendemain. Plus de baignade possible. Bonnes vacances.

vacances, Tubuai, Australes, Polynésie Française

Recette du Komo : pour 100 litres

En premier, 2 sachets de levure avec 20 kg de sucre et 75 cl de sirop (menthe ou autre). Compléter avec de l’eau pour un tiers (30 l). Laisser fermenter 7 jours.

En deuxième, ajouter 1 à 3 sachets de levure (selon degré d’alcool voulu), 15 Kg de sucre, et compléter avec de l’eau pour obtenir 100 l. Laisser fermenter 1 mois.

Fut plastique avec cerclage. Ne pas cercler pendant deux jours car gaz ++. Prévoir trou dans le couvercle et éloigner les fourmis. Puis fermer et laisser fermenter dans endroit chaud mais aéré.

Olivier passe tous les jours. Délire.

Allo le 15 ?

« On vient de poser un pacemaker temporaire. Après avoir poser deux VVP, bien sûr. En intra-osseux. Le cystocath, il faut une anesthésie locale, comme le cath en jugulaire ou pas ? »

« Il venait pour un mal à la gorge. On gère. Il est stable. On vous rappelle si besoin d’une evasan »

Vacances ???

Bizarres vacances !

Départ cet après-midi pour Papeete. Alix à l’aéroport.

Pour revenir à la page d’accueil du site, cliquez sur : Serge

2 reflexions sur “23 février 2014: Vacances

  1. marie-blanche

    un drôle de goût tes soit disant vacances … fais une manif , ça n’existe pas là bas ? Comme on te connait, tu es tout à fait capable d’occuper tes journées et de répondre à l’appel de ton dévouement, style pour une piqûre de moustique ou les états d’âme d’une vieille tahitienne … mais non, suis-je donc bête ! Pas question d’états d’âme dans cette nature paradisiaque ! Dans tes pérégrinations tu vas bien te cueillir une feuille, une fleur en tisane qui vont te ravir l’esprit . Bisous des « serfs » du marquis de Bésignan (celui que tu nous as si bien décrit)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *