Australes

9 Février 2014: Valse

Dimanche 9 février 2014 : valse

 

Depuis une semaine, c’est une valse à trois temps, valse à cent ans, valse à mille temps. Ça m’y le temps, comme les services de gestion du personnel.

dispensaire,médical,tubuai,australes,polynésie française,valse

L’Institut de Veille Sanitaire vient de m’appeler, pendant la sieste. Les cinq cas de la semaine dernière, pour lesquels nous avions fait les prélèvements sont toujours en attente. L’Institut Louis Mallardé n’a pas réalisé les examens demandés. Par contre, mes propres analyses ont été effectuées confirmant de façon certaine un zika.

Je suis donc le premier cas confirmé de récidive de zika. J’ai le droit à un interrogatoire serré sur la chronologie des symptômes : céphalées, douleurs rétro-orbitaires, les yeux rouges ou hyperhémie conjonctivale (Mataura en polynésien, fait exprès) , troubles digestifs en particulier la diarrhée, les myalgies (douleurs musculaires), les douleurs articulaires (arthralgies), l’éruption cutanée typique qui démange, les oedèmes, gonflements articulaires des extrémités (mains et pieds de Mickey en fin de maladie) qui sont douloureux et limitent la station debout, la marche et les manipulations fines, du style « tenir un stylo ». Tout ça étalé sur une semaine. De quoi perdre un peu de poids.

L’épaule blessée de Rapa Iti va mieux. Les fractures costales de Tubuai aussi. Perte de 5 Kg en un mois favorisée par une gastro-entérite épidémique monstre. L’eau du robinet n’est pas en cause. Les analyses bactériologiques ont été refaites. Tout ça pour être encore une fois dans le journal. Il faut payer de sa personne ! Je laisse un message à Claire, rédactrice de « La dépêche de Tahiti ».  Il a été convenu que je lui fournirais des « news » intéressantes. L’avantage en retour est d’attirer sur notre dispensaire les regards des médicaux de Papeete. Ça a l’air de vouloir fonctionner car une infirmière va réaliser son mémoire de fin d’étude sur les piqures de poisson-pierre. Nous allons donc la rencontrer en direct. De même, le correspondant local de « La dépêche de Tahiti » est passé quelques fois : Une interview de la subdivisionnaire a fait une page complète. Sur les techniques de lutte anti-moustiques, dégîtage et pulvérisation. Un prochain article sur Olivier, futur infirmier itinérant basé ensuite sur Raïatea. Je devrais normalement récupérer tous ces articles sous un format PDF que je pourrais ainsi vous faire partager.

Mataura, Tubuai, Australe, Polynésie Française, valse

Minuit, l’heure de l’AVP (accident de la Voie Publique). Lundi dans la nuit. 13 ans qui rentre en moto. Chute. Traumatisme crânien et perte de connaissance immédiate. Réveil dans le caniveau. Pousse sa 125 cc pendant 500 mètres. Puis reperd connaissance. Nouveau caniveau. Crie avant de tomber. Fare voisin alerté. Transport dans la voiture jusqu’au dispensaire.

Erosions cutanées de la moitié du visage. 2 plaies suturées sur la face (9 points). Douleur de l’épaule gauche. Radio : fracture de l’apophyse coracoïde de l’omoplate, non déplacée. Donc anecdotique. Fractures costales probables. Les clichés radiologiques ne sont pas très bons. Nous sommes devenus très pros dans la salle de radiographie. Capable de pister un arrachement osseux sur une maladie d’Osgood-Schlatter, de suivre un lâcher de ballon pulmonaire (métastases pulmonaires d’un cancer x-y), de détailler toute fracture de métacarpe ou métatarse. Bref, pas mauvais du tout. En partant de rien. En cherchant. De façon empirique. Mais les réglages pour un grill costal ne sont pas bons. Pour moi personnellement, Olivier n’a pas réussi à faire de bons clichés. Ce sont les hématomes qui ont signé les fractures. Et cette nuit là, encore moins. Douleurs typiques de fractures de côtes, qui coupent la respiration profonde, augmentées à la mobilisation, exacerbées à la palpation des arcs antérieurs. Mais les clichés sont peu démonstratifs. On le met en chambre. Evasan prévue sur le vol régulier du matin. On apprendra plus tard que le gamin a « bénéficié » d’un drain thoracique pour hémothorax (hématome au niveau de la plèvre). Pas vu. On va aller revoir les clichés de notre machine numérique. En tous les cas, il va mieux. J’ai pas dis « bien ».

 Mataura, Tubuai, Australe, Polynésie Française, valse

Une valse à trois temps
Qui s´offre encore le temps
Qui s´offre encore le temps
De s´offrir des détours
Du côté de l´amour
Comme c´est charmant
Une valse à quatre temps
C´est beaucoup moins dansant
C´est beaucoup moins dansant
Mais tout aussi charmant
Qu´une valse à trois temps
Une valse à quatre temps
Une valse à vingt ans
C´est beaucoup plus troublant
C´est beaucoup plus troublant
Mais beaucoup plus charmant
Qu´une valse à trois temps
Une valse à vingt ans
Une valse à cent temps
Une valse à cent ans
Une valse ça s´entend
A chaque carrefour
Dans Paris que l´amour
Rafraîchit au printemps
Une valse à mille temps
Une valse à mille temps
Une valse a mis l´temps
De patienter vingt ans
Pour que tu aies vingt ans
Et pour que j´aie vingt ans
Une valse à mille temps
Une valse à mille temps
Une valse à mille temps
Offre seule aux amants
Trois cent trente-trois fois l´temps
De bâtir un roman

La valse des récupérations, des congés et autres bonus du salarié que je suis devenu.

En parlant de ce nouveau statut, j’ai apprécié comme il se doit le refus de crédit pour travaux de rénovation que nous avons fait auprès de la Caisse d’Epargne. L’équivalent de 3 mois de salaire ici. Refusé sous prétexte que c’est en Polynésie…, Française, que mon emploi n’offre pas toutes les garanties de sécurité pour un banquier. Ça fait doucement rigoler. Nous avons des salaires à peu près doubles de ce que l’on peut espérer en métropole, des propositions de postes à faire pâlir tout bon chômeur. Ils ont raison en France : « Gardez bien votre marasme », « Laissez nous la liberté et le goût d’entreprendre ». La France plonge dans le grand néant, post-démocratique. Sans convulsion. Les forces vives débarquent ailleurs. En Polynésie surtout. Le crédit est accepté auprès de ma banque, la Banque de Tahiti. Une filiale de la Caisse d’Epargne…

Mataura, Tubuai, Australe, Polynésie Française, valse

Préparation de l’huile de Tamanu.

Pour moi, la valse commence.

Valse du 4 février : «Bonjour, Taote. Tu es en vacances le 17 février et pour un mois»

Arrivée prévue d’un médecin itinérant pour me soulager. Du 17 février au 15 mars. Normalement doit me seconder car il y a deux postes de médecin au dispensaire. Mais cela ne sera pas !

Je suis mis en récupération, forcé. Bon, les 4 semaines ne me coutent qu’un jour de congé. Le reste correspond à des jours de récupération. Jours de repos de 2013 et des deux mois de 2014. A prendre obligatoirement car non payés et non reportables.

Valse du 5 février : «Bonjour, Taote. Tu vas partir en mission à Moorea pour une formation en informatique. Le 24 février». Je dois devenir le médecin référent pour le développement du réseau informatique de santé, assumer la mise en route d’un système de télémédecine et dispenser la formation aux agents de santé. Ce qui permettra à la subdivision de récupérer en son giron l’île de Raivavae. Cette île est actuellement rattachée à l’archipel des Tuamotu-Gambier ce qui est un gros furoncle dans l’unité des Australes.

Valse du 6 février : «Bonjour, Taote. Il faut recalculer tes repos. Tu pars en mission le 24 février donc ce ne sont plus des récupérations mais du travail. Tu vas peut-être rester deux semaines en mission ; On ne sait pas. Puis tu vois pour aller à Fakarava. A moins que tu puisses y aller avant. De toutes manières, tu reprends le travail le dimanche 16 mars car l’autre taote reprend l’avion. Pour le logement et la nourriture, tu te débrouilles, comme pour Rimatara

Valse. Qualité de l’organisation et de la gestion du personnel. Je vais donc travailler à Tubuai du 14 au 17 février puis à Moorea du 24 février au 7 mars et je reviens dans mon dispensaire à partir du dimanche 16 mars. Entre, rien. Repos à la maison.

J’ai donc intérêt à me mettre bien avec la cellule informatique… La valse est lancée.

Au fait, le bateau qui nous ravitaille tous les 15 jours s’appelle le Tuhaa Pae IV.

Il vient de s’échouer. 

Mataura, Tubuai, Australes, Polynésie Française, valse

Pour revenir à la page d’accueil du site, cliquez sur : Serge

[Gallery=48]

2 reflexions sur “9 Février 2014: Valse

  1. hervé+et+dominique

    Vous allez sûrement (toi et le dispensaire) faire le sujet d’une émission France 5, France O, ou Arte….. Quelle belle aventure….. On se tâte pour venir te faire un coucou là-bas avant ton retour en métropole ! Qui sait ? 😉 Ce qui est sûr c’est qu’il y a un « bon » suivi médical dans tes îles magiques…. Biz de nous deux !

  2. GHYSLAINE BILLARD-BALTYDE

    Groupe BPCE:Tu dis avoir apprecié,pas autant que moi.J’etais dans les bureaux de la C.Ep avec mes kilos+++ de documents demandés, face a une machine administrative sans pitié, qui a fait intrusion dans notre vie privée avec toujours plus de demandes et pour finir- NIET.
    Reponse par telephone ils n’ont pas de papier a fournir eux…pour ce refus.
    MERCI d’avoir pris le relais auprès de ta banque groupe BPCE (C.Epargne) qui sponsorise les jeux Olympiques d’hiver là-bas………..
    Biz

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.