Australes

23 mars 2014: voie

23 mars 2014 : voie

 

Continues ta voie, petit. C’est tout tracé. C’est toi-même qui as fait le parcours. Une voie marquée de petits cailloux blancs.

Retour au bercail le dimanche 16 mars. Comme prévu, involontairement. Bon petit soldat. Qui déserte.

Personne à l’aéroport. Rocky, le médecin qui m’a remplacé me fait les transmissions, dossiers médicaux, difficultés en cours et me donne les clés de l’ambulance. Il me recommande, avant de monter dans l’avion de composer pour poursuivre ma carrière sans heurt. On s’est croisé dans le hall d’accueil. Comme cela arrive de plus en plus fréquemment. Un avant-goût de ma nouvelle voie. Déjà ce dimanche matin, où Géraldine et Kévin ont voulu l’écraser sur le passage piéton de l’aéroport de Faaa. En partance pour Maupiti, j’ai été présenté à sa maman.

Je retrouve Olivier. Resté au dispensaire car il y a une hospitalisation. Le réseau de téléphone mobile ne fonctionne plus. Donc chaînes au pied. Bienvenue, bagnard de la santé. Tu vas suivre la voie de tes aînés et courber l’échine. Mais tu es masochiste n’est-ce pas ? Le plaisir dans ce p. de travail. La seule reconnaissance est celle que te reflète le miroir de ta salle de bain. Mais entre masochisme et hédonisme, choisis ta voie !

Mataura, Tubuai, Australes, Polynésie Française

J’ai choisi la voie du plaisir à moindre frais : « Les penseurs hédonistes ont orienté leur vie ou leur propos en fonction de leurs inclinations propres, mais avec des thèmes souvent communs comme la recherche constante des plaisirs, l’amitié, la tendresse, la sexualité libre, les plaisirs de la table, la conversation, un corps en bonne santé, etc. Ils peuvent aussi inciter à rechercher la noblesse d’âme, le savoir et les sciences en général, la lecture, la pratique des arts et des exercices physiques, le bien social…

Parmi les douleurs et les déplaisirs à éviter on trouve les relations conflictuelles, le rabaissement, l’humiliation, la soumission à un ordre imposé, la violence, les privations et les frustrations justifiées par des croyances, etc.

Les philosophies hédonistes sont fondées sur la curiosité et le goût pour l’existence mais aussi sur l’autonomie de pensée et non sur la croyance, le savoir et l’expérience du réel plutôt que la foi. » tiré de Wikipédia.

Le mois a été bien calme. Loin des tourmentes adrénalinées qui nous font jouir. Pas une Evasan. Pas de vraie urgence, comme on les aime bien. Du sang à pleuvoir, du coma bien profond, des rythmes cardiaques endiablés, des poumons essoufflés, des furoncles en folie. Foin de tout ce cirque. Le ronronnement d’une bonne vieille salle d’attente d’un dermatologue installé dans une rue piétonne de Paris. Olivier est vert, anémié. Il n’a pas sa dose. Ce n’est pas la voie espérée, pour lui non plus.

Mataura, Tubuai, Australes, Polynésie Française

Lundi, le travail reprend. Et les urgences. Bienvenue, chat noir ! Une magnifique décoagulation à 84 ans marquée par un INR supérieur à 8. Sang bien trop fluide avec fièvre, mal de tête intense, hypertension sévère, anévrisme de l’aorte. Tout pour péter. En rien de temps

« Tubuai, le 17.03.2014

Cher confrère,

Je vous remercie de prendre en charge…..qui vient d’arriver au dispensaire pour TP = 5% (INR > 8) avec céphalées

Antécédents notables :

Traitement de fond :

COUMADINE 2 MG / ZESTORETIC 20/ TAHOR 40 / JOSIR 0.4/ CACIT D3 / FOSAMAX 70 /  MOPRAL 20/ VENTOLINE/ ZOLADEX 10.8

Clinique actuelle

  • Parle uniquement tahitien mais bonne compréhension.
  • Céphalée depuis deux jours sans trouble équilibre ou plainte de type neuro
  • Pas de trouble digestif

Examen Clinique

TA = 210/179  P = 110  Sat = 94 %  T° = 38.9  Hte = 14.1  Na = 123  K = 3.3  Glasgow = 15

Examen neurologique

  • RPM normaux, pas de douleur à la pression des globes
  • ROT faibles mais symétriques
  • Pas de BBK

ECG = BBD et HVG confirmé par l’USIC (Dr Lalande)

BU puis SAD : leuco, nitrite et sang +++

Thérapeutique mise en route : 2 VVP + SAD

  • VVP + NaCl 1000 + 4 Na + 2K + Glucidion 1000 en garde veine
  • Perfalgan 1 g à 15h
  • VIT K 1 10 mg ampoule IV. INR > 8 à 16 h
  • Loxen 20 1 ampoule dans 100 cc Nacl 9%°: TA = 115/60
  • Ceftriaxone 1 G IV

Appel Centre 15 à 16.50 : Contrôle efficacité Vit K à refaire. EVASAN impossible car avion en panne.

Surveillance :

17.04.14 :

18h :

  • T° = 37.4  Sat = 92%  TA = 101/63  G = 15
  • Glucidion en deuxième VVP
  • Aerosol : Ventoline + Atrovent car apparition de toux avec expectoration claire
  • Fille : … sur PPT prévenue
  • Passage en chambre

20h : Cetfriaxone 1 ampoule/Nacl 9%° 100 cl

18.03.14 :

8h :

  • Nuit calme. TA= 108/53  P = 83
  • T° = 36.5 Diurèse = 1.5 L hématurique  INR = 1.4  TP = 51%  Na = 126  K = 4.4  Hb = 11.2
  • Aérosol : Ventoline + Atrovent mais auscultation normale, symétrique. Sans signe de décompensation cardiovasculaire. Pas de trouble neurologique
  • Appel Centre 15  pour faire le point. Pas d’EVASAN. Fille de PPT prévenue

12h : TA = 93/58  T° = 36.6 

16h : T° = 36.6  INR = 1.3 TP = 60%

Vous remerciant pour votre collaboration… »

Voilà pour les pros. Le plus remarquable est que nous nous sommes retrouvés tributaires d’une panne mécanique. Aucun vol disponible, sauf les militaires. Dans les souvenirs mémorables et les bâtons dans les roues, je n’avais pas encore évoqué la carence, involontaire, de moyen d’évacuation. On a donc serré les fesses jusqu’au matin. Pour finalement laisser rentrer chez lui le patient. Bien amélioré par la tambouille médicamenteuse de la veille.

Les affaires reprennent. On est sur la bonne voie. Deux hospitalisations en même temps. Je découvre Taieb infirmier itinérant. Efficacité discrète. Le calme personnalisé.

Et hop, une troisième urgence : 13 ans, collège, rétention d’urine depuis la veille. Globe vésical retrouvé par bibi à l’échographie. Sondage, pas sondage ? Laurie tempère les ardeurs.

« Bon, quand vous aurez fini votre show… » Dixit Taieb.

Le mardi. L’annonce faite à …La nouvelle voie, qui laisse sans voix la plupart des soignants et des administratifs de notre dispensaire.

Mais la voie est tracée par une note de service émanant de la directrice de la santé. Voie à suivre, sans rechigner. Voie que je me suis choisi. Voie que je savoure par avance comme du petit lait.

De suite, il est évoqué des pétitions, murmuré des interventions ministérielles, proposé des intermédiaires puissants. Tout pour me garder ici ! J’veux pas ! Puis-je faire entendre ma voie, pardon ma voix ?

Tout le monde est sur le pont, proposant son éminence grise. Dont je me fous comme de mon premier boxer, de marque DIM et non E… (Merci pour ce trait d’amour). Enfin, quand je dis tout le monde… Une petite personne résiste, gauloise dans l’âme. Elle doit en jouir tous les jours. Gagné, elle a gagné. Comme au Monopoly, elle a évité la prison.  

Mataura, Tubuai, Australes, Polynésie Française

Mercredi et jeudi se sont passés entre certificats pour la pratique du va ‘a, du futsal et de la zumba. Environ 50 papiers à remplir. Au milieu des consultations qui restent bien calmes.

La subdivision m’a déjà oublié. Des candidatures spontanées de médecins urgentistes arrivent au service central de recrutement. Il est bien que je change de voie. Pour aussi ne pas déranger le ronronnement bien huilé des agents administratifs.

Hédoniste, tu l’es dans l’âme. Hédoniste, tu l’appliques. Nouvelle voie.

Vendredi. Je prends l’ambulance pour aller à l’aéroport accueillir Patricia. Nous étions ensemble sur Papeete pour mon anniversaire. Sa main va mieux. Les pansements plus légers.

15h30 : Urgence. Le pépé du début de semaine.

Nathalie nous alerte par téléphone : Asthénie profonde et OMI (Œdème des Membres Inférieurs). Du mal à marcher.

A première vue, simple décompensation cardiaque. Comme cela nous arrive souvent.

Mais les conjonctives sont jaunes. Citron. Ou plutôt pamplemousse. Bien mûr, le pamplemousse.

Faire un contrôle de la coagulation. Une nécessité. Un court circuit dans ma programmation mnésique. TP = 20% (pour les vieux, on me l’a fait remarquer hier soir), INR = 2.16. Bravo. Décoagulé sans traitement.

Les ions se mettent de la partie. Orgie métabolique ou plutôt disette. Le sodium et le potassium, gentils cousins, restent dans la cave avec respectivement des chiffres à 119 et 3.2. L’hémoglobine et l’hématocrite suivent la frénésie. Jalouses.

Tout ça ne doit pas arranger le cœur. Vous y pensiez. C’est sûr.

Perdu. L’électrocardiogramme est toujours aussi imperturbable. Bloc de branche et hypertrophie ventriculaire gauche comme mardi dernier. Je suis sûr que ça vous en bouche un coin. Vous auriez pu imaginer une fibrillation en folie, un flutter fantasque, une tachyarythmie titanesque. Que nenni. La médecine reste un art. Soumis aux lois de la nature et non à celles que nous tentons de lui imposer. Pourquoi le monsieur, il veut pas faire une arythmie, comme dans les bouquins ? Eh, ben, il a pas envie ! Il veut encore mourir comme il veut. Un cancer de la vésicule biliaire pour cette fois. Très exactement un ampullome vatérien. La classe sur le diagnostic. Mon ego et mes chevilles enflent de concert. J’ai dit concert et non cancer. Chacun son tour.

Shoot. Cortisone. Sodium. Potassium. Glucidion. Vitamine K offerte par le patron. Que des noms pas très français. Normal. Polynésien soigné par un sale marocain et un con d’algérien. Mais où va la France ? Pays d’Astérix et du fromage, de l’andouillette et des culs-bénis.

Mataura, Tubuai, Australes, Polynésie Française

Alerte, alerte. Voie d’eau à bord de la barque. La population se mobilise autour de ma personne. Des pétitions veulent me retenir dans cette île de Tubuai. Que je désapprends. Parfois difficilement.

Les élus. Les futurs, les actuels et les ex ont trouvé leur exutoire. Sauver le médecin. Otage involontaire. Je veux partir. Me faites pas ch… C’est ma voie. Mobilisez vous pour vous. N’attendez pas les problèmes. Anticipez. Je rêve maintenant d’autres horizons. Protégez plutôt mes successeurs. Ce n’est pas un enjeu politicien. Merde !

Même la subdivision s’y met. Ça va remonter jusqu’à Gaston, je le sens. Mais qu’on me demande mon avis ! Merde, encore une fois. J’aurais au moins créé une mobilisation autour d’un sujet. Mais j’ai pas envie d’être le sujet. Laissez-moi tranquille. J’espère que chacun réalisera que l’on peut vivre en parfaite harmonie sans regarder la paille dans l’œil du voisin et qu’une bonne entente vaut toutes les armes de guerre. Il n’y a pas de différence entre les polynésiens et les popaas, entre les médicos, les militaires et les profs, entre le paysan dans son fa’apu et le médecin dans son dispensaire. Chacun a besoin de l’autre.

Allez, je vous bise pour ce soir.

Merde! Info de dernière minute. Une EVASAN supplémentaire ce dimanche. Moi…

Pour revenir à la page d’accueil du site, cliquez sur : Serge

 

Une réflexion au sujet de “23 mars 2014: voie

  1. Dupont Laurence et Raymond

    T’inquiète!!!!!!!
    De nouvelles aventures t’attendent à Rurutu et dans les futures autres îles de Polynésie!!!!
    L’Aventure c’est la vie!!!!
    Vivre c’est bouger!!!!
    Bises de nous deux …..
    Lolo et Taote Ramon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *